Entre poilus on ne peut que se comprendre, surtout quand on parle le langage corporel. Il suffit de se frotter un peu, de faire taper les couilles sur le cul, de se faire un peu sucer le gland. Renouveler l’expérience avec la bite du copain pour qu’il n’y ait pas de lésé.

Share
15724.jpg